Pour profiter pleinement des fonctionnalités de ce site, veuillez activer javascript.
Le porc

Le porc du québec a changé

Aujourd’hui, le porc du Québec offre une variété de plus de 32 coupes. Évidemment, on connaît nos classiques : les côtelettes, le filet, les côtes levées et le rôti. Reste que cette viande bien de chez nous est 30 % plus maigre qu’il y a 25 ans. Elle vous offre aussi plus de possibilités que jamais. N’hésitez pas à demander les coupes plus osées à votre boucher, vous verrez, vos papilles vous en seront reconnaissantes !

Bon pour la santé

Le porc du Québec est une source inestimable de protéines de haute qualité, de fer et de zinc en plus d’être la source alimentaire numéro un de thiamine, une vitamine essentielle à l’utilisation de l’énergie contenue dans les aliments. Ses protéines de haute qualité aident à calmer les appétits les plus voraces et contribuent au maintien d’un poids santé. Son fer permet de garder un bon niveau d’énergie alors que son zinc favorise le bon fonctionnement du système immunitaire et protège des infections. Et n’oublions pas sa faible teneur en gras et son excellente valeur nutritive qui font aussi du porc du Québec un choix judicieux pour la santé.

Une viande savoureuse et polyvalente

Avec plus de 32 coupes différentes, le porc du Québec convient parfaitement à toutes les cuisines. Les chefs l'ont compris, car ils considèrent le porc comme une matière première de qualité qui leur permet d'exprimer leur créativité et leur personnalité en tant qu’artisans. Le porc du Québec est donc la viande polyvalente par excellence, idéale pour toutes les occasions.

Un produit de classe mondiale

Le cheptel porcin québécois bénéficie d'une qualité sanitaire élevée lui assurant un accès aux pays importateurs les plus exigeants. Les produits porcins québécois sont exportés dans plus de 125 pays, dont les États-Unis et le Japon. Étant reconnu comme un produit de qualité inégalable à travers le monde, le porc du Québec représente assurément un fleuron gourmand d'importance pour les Québécois.

Des méthodes d’élevage modernes

Notre savoir-faire est un exemple à suivre pour les éleveurs étrangers. Les éleveurs de porcs du Québec ont adopté des méthodes d’élevage modernes pour offrir aux consommateurs une viande maigre, nutritive et sans danger pour la santé. Toutes les étapes de la production sont en effet minutieusement étudiées, planifiées, réalisées et contrôlées pour produire une viande de porc de la plus grande qualité.

Un porc au naturel

L’alimentation des animaux contribue aussi à la qualité de leur viande. Les produits donnés aux porcs sont entièrement naturels, soit principalement des céréales, comme le maïs, l’orge et le soja, et des suppléments de vitamines et minéraux, pour un apport nutritionnel optimal. La viande de porc du Québec est exempte de résidus de médicaments. En fait, chaque médicament utilisé en production porcine doit avoir fait l’objet d’une recherche approfondie démontrant qu’il ne laisse aucun résidu dans la viande. De plus, il est important de noter que les hormones de croissance sont interdites en production porcine au Canada.

Des fermes à échelle humaine

Contrairement à la croyance générale, la production porcine québécoise a conservé son caractère familial et humain. Avec 90 % des fermes comptant moins de 2 500 porcs et des éleveurs qui vivent sur leur ferme avec leur famille, nous sommes loin des mégaporcheries.

Un chef de file mondial

Les éleveurs de porcs du Québec sont les premiers au monde à effectuer l'analyse complète du cycle de vie de leurs activités. Cet exercice mené par des firmes indépendantes a pu démontrer que la production porcine québécoise affiche une empreinte environnementale plus qu'enviable parmi les grands pays producteurs. Ces excellents résultats encouragent les éleveurs à poursuivre leurs efforts environnementaux.

Moins d’émission de gaz à effet de serre

Le calcul de l'empreinte carbone de l'élevage porcin au Québec tient compte de la fabrication des aliments jusqu'à la sortie de l'abattoir. Produire un kilo de porc au Québec génère donc 4,16 kg de CO2e, soit l'équivalent d'un déplacement de 13,4 km en voiture. À titre comparatif, la moyenne des grands pays producteurs comme les États-Unis et le Royaume-Uni est de 4,65 kg de CO2e. Par ailleurs, l'élevage de porcs est responsable de seulement 7,6 % du total des émissions de GES générées par l'agriculture au Québec.

Une utilisation responsable de l’eau

L'empreinte eau, c'est-à-dire la consommation d'eau associée à toutes les étapes de fabrication d'un produit, s'élève à 231 litres d'eau pour 1 kg de porc désossé produit au Québec. Ainsi, l'empreinte eau de la production porcine au Québec est deux fois moins élevée que la moyenne mondiale qui s'élève à 462 litres d'eau par kilogramme de porc.

Une industrie en santé

La filière porcine, de la production à la transformation, représente près de 30 % des activités agricoles au Québec et emploie 22 000 personnes. Elle est la deuxième industrie agroalimentaire en importance et génère des retombées économiques annuelles de 2,25 milliards de dollars. Mieux encore, cette croissance se fait dans le plus grand respect des animaux. Tous les éleveurs adhèrent au Programme Bien-être animalMC (BEA) qui encadre la mise en application de bonnes pratiques en matière de soins aux animaux.